Je me considère comme une fille normale, ce qui signifie que parfois je veux être seule. Parfois, je veux être perdue dans une foule anonyme. Parfois, j’ai envie d’une relation ou d’être avec mes amis. Et de temps en temps, je ressens le besoin de me dépraver et d’avoir des relations sexuelles sans culpabilité. Mais jusqu’à présent, cette dernière envie était restée insatisfaite. Il y a presque un an, j’ai vu par hasard un graffiti. J’étais dans une cabine de l’un des pubs locaux où des groupes jouaient en direct. Il s’agissait plutôt d’un club, car les hommes devaient payer à l’entrée, mais l’alcool était bon marché et abondant. Et la musique était forte.

J’y étais allée avec un groupe d’amis qui fêtaient un enterrement de vie de jeune fille, et c’était une très bonne soirée. J’étais contente pour la fille dont nous célébrions le mariage, et la pointe de jalousie qu’il n’y avait personne à l’horizon pour moi était raisonnablement bien cachée. Pour cette soirée, au moins, je ne ressentais pas le manque d’un homme.

Finalement, j’ai eu envie de faire pipi, car ma vessie était pleine à craquer. J’ai donc rendu visite aux dames, et pendant que je faisais le nécessaire, j’ai vu ce bout de graffiti pour la première fois. Il n’y avait rien de vulgaire là-dedans. Il n’y avait pas de dessins graphiques ou de gros mots. C’était juste une déclaration écrite à l’intérieur de la porte, profondément gravée dans le placage, au stylo noir. “À la galerie, j’ai eu mon tour dans le tonneau, et c’était le meilleur sexe que j’ai jamais eu”.

Cela ne semble pas particulièrement attirer l’attention, et pour ce que j’en sais, c’était là depuis un moment sans que je n’y prête attention, mais pour une raison ou une autre, ce soir-là, c’était enregistré, et plus que cela, cela m’intriguait. Je dois admettre que dans mon lit solitaire cette nuit-là, ou pour être plus précis, sur le canapé de mon ami, j’ai eu un léger fantasme sexuel à ce sujet.

Je voyais des marins, en culotte de cheval et chemise rayée, utiliser le trou de bonde d’un tonneau pour les raisons les plus bizarres. Mais j’étais trop à l’aise pour faire beaucoup plus que de me caresser plusieurs fois, et je me suis endormi avec la main sur mon entrejambe.

Mais après cela, j’ai eu l’impression de voir ce graffiti, ou quelque chose de similaire, presque partout où j’allais. Ce n’était pas toujours une galerie, parfois c’était une exposition, un musée ou un spectacle, mais le tonneau était toujours mentionné. Et il y avait toujours le fait discret que c’était du grand sexe.

C’était s’ils n’avaient pas besoin d’ajouter des détails pornographiques. J’ai eu l’impression que ce n’était pas tant une invitation qu’une déclaration. Celui qui l’avait écrit, et il y avait beaucoup de styles d’écriture différents, lorsqu’il avait eu son tour dans le tonneau, cela l’avait satisfait au point qu’il avait ressenti le besoin d’immortaliser l’expérience. Mais ils ne voulaient pas la dévaloriser, ni encourager les autres. Ils avaient juste besoin de montrer au monde qu’ils faisaient partie du club exclusif qui avait eu son tour dans le tonneau. Et je les enviais. Je voulais la même chose.

Mais pour autant que je sache, il n’y avait pas de galeries, de salles d’exposition ou de théâtres dans les environs.

Cependant, j’ai découvert à ma grande surprise que j’avais tort. L’endroit où je vivais n’était pas une métropole culturelle, mais il y avait quelques galeries privées et même une salle d’exposition municipale. Et c’était surprenant le nombre de bâtiments qui accueillaient régulièrement des productions dramatiques amateurs, ou même de temps en temps un groupe professionnel en tournée.

J’ai donc commencé à fréquenter ce genre d’endroit. Je n’en ai pas fait une obsession, en partie parce que je n’aimais pas beaucoup d’œuvres d’art ou d’expositions que je voyais, et franchement, la plupart des spectacles de théâtre amateur étaient d’une pénibilité embarrassante. Mais surtout parce que je ne savais pas ce que je cherchais. C’est par une chaude soirée d’été que je me suis rendue à la galerie d’art Alhandro. J’avais vu d’autres expositions annoncées pour cet endroit, mais je n’y étais jamais allée auparavant, car je savais que l’exposition ne serait pas à mon goût. Celle-ci avait pourtant l’air intéressante. Avant les graffitis, et j’en voyais encore de nouveaux exemples, je ne connaissais rien à l’art. Mais mes recherches m’avaient conduit dans des endroits dont j’ignorais l’existence. J’avais même sorti des livres de la bibliothèque. À cette époque, j’étais donc un public averti. Les graffitis avaient déjà enrichi ma vie en me faisant aimer certaines formes d’art.

L’un des styles que j’aimais particulièrement était les peintures moralisatrices compliquées de Heyromonius Bosch. Il peignait le péché, la dépravation, la torture et le remboursement. Et il mettait tellement de choses dans ses tableaux que tu pouvais rester devant l’un d’eux pendant une heure sans voir tout ce qu’il avait à montrer. Il faisait partie d’un groupe de peintres qui utilisaient ce style et, à ma grande honte, il y a quelques mois, je m’étais rendu dans la ville pour voir certaines de ses peintures en vrai. Cela semble faible et arty de dire que j’ai perdu la notion du temps, mais c’est ce qui s’est passé. Je suis entré dans la salle où lui et certains de ses pairs exposaient à un peu plus de deux heures de l’après-midi, et la chose suivante dont je me suis rendu compte, c’est qu’il était l’heure de la fermeture, et que je n’avais vu que trois peintures, sur la vingtaine qui étaient exposées.

C’est une anecdote que je n’ai jamais racontée à personne, pas même à mes amis les plus proches ou à mon petit ami actuel. Je ne sais pas pourquoi j’en avais honte, mais c’était le cas. Quoi qu’il en soit, j’étais passionnée par son style de peinture, et l’Alhandro exposait un jeune artiste qui, paraît-il, peignait dans un style proche du sien. J’attendais donc cela avec impatience.

Et je n’ai pas été déçue.

L’artiste avait rempli d’immenses toiles avec des centaines, voire des milliers d’images, entassées les unes sur les autres. C’était comme un montage à l’huile.

Dans un coin, on pouvait voir une femme nue, allongée sur un lit de fleurs fraîches à longues tiges, mais ses pieds étaient cachés par une image distincte d’un hibou, tenant dans son bec une croix incrustée de bijoux. Ce dernier est à son tour recouvert d’un pénis rampant, dont la circonférence est traversée par un clou.

Cela semble être un désordre, mais en vérité, c’était une représentation puissante des rêves et des cauchemars de l’artiste. Tout compte fait, il devait s’agir d’une personne compliquée. Et après avoir regardé le premier tableau pendant près d’une heure, j’ai eu le désir sincère de le rencontrer.

Il exposait douze toiles, mais j’avais appris de mes erreurs précédentes, et j’ai donc fait un tour rapide de toutes les toiles, avant de revenir à celle que je pensais être ma préférée.

Après avoir commencé à regarder la deuxième en détail, je me suis rendu compte que je la préférais à la première. Mais au bout d’une heure, quand je suis passée à la troisième, c’est elle qui est devenue ma préférée. Ce n’était pas la soirée d’ouverture, il n’y avait donc pas de serveurs distribuant des boissons et des canapés, mais il n’y avait pas non plus de dignitaires se frayant un chemin vers le centre d’attention, cependant il y avait un nombre surprenant de personnes présentes. Même si la galerie était consacrée à son travail, la pièce maîtresse n’était pas l’une de ses œuvres, mais un écran plasma géant d’un mètre cinquante. Et il n’était même pas allumé. J’ai pensé qu’il était utilisé lors des vernissages pour une sorte de présentation vidéo. Il n’était pas utilisé pour le hoi polloi qui allait les autres soirs.

J’avais bu quelques boissons non alcoolisées pendant la journée pour me rafraîchir, et comme je venais directement du travail, au bout de trois heures, j’avais envie de faire pipi, alors avant de regarder la quatrième, et ce qui, après un examen un peu plus approfondi, semblait pouvoir dépasser les trois premières, j’ai cherché les toilettes.

C’était l’un de ces endroits unisexes ultra modernes, sans urinoirs, juste une rangée de lavabos, un miroir et une banque de trois cabines. Les portes des deux cabines extérieures étaient à peine entrouvertes, mais celle du milieu était grande ouverte, et je suis donc entré.

Immédiatement devant moi, au-dessus de la cuvette, il y avait un panneau me disant de fermer et de verrouiller la porte. Comme si j’avais besoin qu’on me le rappelle.

Je me suis alors assis et j’ai profité d’une pisse luxuriante. Après m’être essuyé, j’ai remarqué que l’intérieur de la porte était couvert de photographies.

Chaque photo était derrière une vitre, et l’ensemble était enfermé dans un cadre qui se confondait de façon presque invisible avec la porte. Sous le cadre se trouvait une faible lumière qui brillait derrière les photos. Sans cette lumière, il aurait été impossible de voir de quoi il s’agissait. Et avec la lumière, c’était si difficile que je devais me rapprocher pour voir les détails.

Chaque photo représentait soit un phallus, soit une chatte. Beaucoup de bites étaient en érection. Quelques-unes étaient flasques. Une ou deux étaient en train de gicler. D’autres avaient du sperme qui coulait le long de la tête. Certaines des chattes étaient rasées, d’autres avaient des seins brésiliens, d’autres encore étaient dans toute leur gloire sans honte. Plus de deux d’entre elles montraient des doigts qui maintenaient les lèvres écartées.

Je m’étais levée tout en remontant ma culotte pour regarder de plus près, et je dois admettre que le caractère inattendu de la galerie de photos pornographiques, et bien sûr son contenu, m’excitaient un peu.

Parmi les bites et les chattes, il y avait parfois un trou du cul, et à en juger par leur aspect, ils étaient de sexe mixte, et la plupart d’entre eux avaient été fraîchement envahis.

La pièce centrale était inclinée et j’ai donc été obligé de me déplacer jusqu’à ce que mon dos touche presque l’une des cloisons entre les cabines, pour la voir de face. C’était une image holographique, composée de petits carrés qui montraient un pénis en semi-érection, mais si je bougeais légèrement la tête, l’image changeait, la bite grandissait et elle commençait à éjaculer.

Ce jour-là, j’avais porté une jupe courte et un chemisier pour aller travailler, et je les portais encore. Sans grande volonté consciente de ma part, j’ai baissé la main, relevé ma jupe et commencé à caresser ma chatte à travers ma culotte en nylon. Je ne m’étais jamais masturbée dans un lieu public auparavant, et je ne sais pas si j’en avais l’intention, car dès que mes doigts ont trouvé mon entrejambe humide, j’ai entendu un bruit provenant du box derrière moi.

J’ai lâché ma main, laissant tomber ma jupe et me suis éloignée du mur, gênée. En entrant, j’avais remarqué ce que je pensais être des cercles noirs peints sur les murs, mais maintenant que je regardais de plus près, je voyais qu’il s’agissait en fait de trous, avec ce qui ressemblait à des rideaux de feutre derrière eux.

En regardant, je pouvais voir le tissu être écarté. La lumière de la cabine voisine passait à travers. Je pouvais juste distinguer des formes et des ombres dans l’espace adjacent, alors je me suis penché plus près et j’ai placé mon œil sur le trou le plus pratique.

Ma vue était limitée par le diamètre du trou, mais à quelques centimètres de l’autre côté se trouvait une bouche en train de sucer un pénis. Je ne savais pas comment ils étaient arrivés à la hauteur de mon trou, et je m’en moquais.

J’étais fasciné par la bite épaisse qui glissait dans la bouche ouverte. Je voyais les joues se creuser au fur et à mesure de la succion. Je ne savais même pas si le visage était celui d’une femme ou d’un jeune homme. C’était incroyablement érotique de voir celui qui se trouvait de l’autre côté du mur se faire enculer, et j’ai automatiquement recommencé à me caresser.

Je pouvais entendre des grognements et des halètements, tandis que le mouvement dans la cabine voisine s’accélérait. Je n’étais pas satisfaite de me toucher à travers le tissu, alors j’ai glissé ma main sous le tissu. C’était mieux de sentir mon sexe mouillé.

Je me doigtais violemment mais je sentais l’élastique de ma ceinture mordre le dos de ma main. L’action que j’observais semblait s’être installée dans un rythme, la bite se déplaçant d’avant en arrière par petits coups, tandis que la bouche saisissait et suçait avec vigueur, j’estimais donc qu’il me restait quelques secondes pour soulager mon inconfort.

Je me suis penchée de biais pour que mon œil soit aligné sur le trou, ce qui m’a permis de me retourner plus facilement tout en baissant rapidement ma culotte jusqu’à mes chevilles. J’allais me repositionner pour continuer mon expérience voyeuriste, quand j’ai réalisé qu’une énorme érection noire sortait d’un trou dans le mur en face de moi.

Derrière moi, quelqu’un était en train de se faire tailler une pipe, et devant moi, quelqu’un avait enfoncé sa bite dans ma cabine.

Elle était énorme. Peut-être la plus grosse que j’aie jamais vue. Je pouvais voir les veines proéminentes sur la tige, et le bout rougeâtre et rose du gland m’invitait à m’approcher.

J’ai dû me pencher pour être à sa hauteur et, ce faisant, il s’est légèrement retiré avant d’être poussé de nouveau vers l’avant. J’en ai eu l’eau à la bouche et ma chatte a failli jaillir. Je ne pouvais pas faire ce que je pensais faire, mais je l’ai fait.

J’ai avancé lentement vers le membre, et je l’ai effleuré de mes lèvres. Il a sursauté comme s’il avait reçu une décharge électrique, mais il est apparu encore plus enfoncé dans ma cabine. À travers le trou, je pouvais voir des poils pubiens noirs et drus appuyés contre la paroi intérieure de sa cabine. Je pouvais voir les plis de peau touffus qui marquaient le début de ses couilles.

J’ai tiré la langue et j’ai touché le casque de l’étranger. J’ai tracé un huit autour de son trou, avant d’essayer d’y introduire la pointe de ma langue. La bite était si grosse que j’ai cru pouvoir sentir le creux lorsque ma langue a tracé la fente de son extrémité.

J’ai laissé ma langue glisser autour de son bouton et, en inclinant ma tête, j’ai pu la faire courir le long de sa longueur, jusqu’à ce qu’elle touche presque le mur. J’ai peint l’ensemble de sa bite avec ma salive pendant que ma tête se déplaçait autour de l’objet invasif. J’ai ensuite manœuvré pour me retrouver complètement face à lui et j’ai retiré ma tête un peu plus loin. Cela a eu pour effet de pousser son outil avec encore plus de force contre son côté du mur.

Finalement, en plissant le cou, je me suis positionnée à une fraction de pouce de l’extrémité de sa proéminence, et j’ai commencé à me redresser, permettant à mes lèvres d’encercler sa circonférence, et d’aspirer sa bite douloureuse. Mais avant que je puisse le prendre complètement dans ma bouche, j’ai senti quelque chose gratter légèrement contre les poils de ma chatte, et je me suis retirée pour pouvoir regarder en bas.

Une autre bite reposait sur le dessous de ma chatte. Elle avait été introduite dans un autre trou. J’ai repris la trique noire dans ma bouche, tout en réfléchissant aux options qui s’offraient à moi.

Sa virilité remplissait ma bouche, tandis que je bougeais doucement ma tête d’avant en arrière, mais j’imaginais que je pouvais sentir des gouttelettes de mon jus tomber de ma chatte désirante sur la bite qui la frôlait avec tant d’insistance. Je la sentais essayer de se frayer un chemin dans ma fente. Elle explorait aveuglément mes régions inférieures.

J’ai de nouveau retiré ma tête et j’ai regardé le mur derrière moi, à travers mes jambes à califourchon. Je voyais qu’il y avait deux plates-formes à quelques centimètres du sol sur lesquelles je pouvais me tenir et rendre ma position plus pratique pour l’accès. Je me suis levée et, ce faisant, j’ai senti la bite entre mes jambes s’élever.

Elle a caressé ma chatte et a légèrement pénétré les lèvres de ma chatte. Je savais qu’il était maintenant possible de bien pénétrer dans mon orifice. J’ai remué mon derrière contre le mur de la cabine, d’une manière que j’espérais invitante, et j’ai reporté mon attention sur la bite devant mon visage.

J’ai recommencé à la sucer, mais je me suis presque immédiatement arrêtée, car j’ai senti quelque chose d’autre entre mes jambes. Sous la bite qui essayait de me baiser, celui qui se trouvait dans la cabine voisine avait enfoncé quelque chose d’autre dans le trou en forme de poire situé sous sa bite. C’était long et rugueux, j’ai découvert plus tard que c’était un gode en caoutchouc, avec des ampoules en caoutchouc dur. Lorsqu’il a été introduit dans le trou, il a commencé à masser mon clitoris.

Celui-ci était déjà gonflé et plus que prêt.

J’ai sursauté d’extase quand il a commencé à se frotter contre moi, et la bite que je suçais a été avalée plus profondément dans ma bouche. J’ai commencé à tirer avec ma bouche, avec une violence et une ardeur que je ne soupçonnais pas. J’ai pris de plus en plus de la longueur géante en moi. Mais c’était maladroit et pas tout à fait satisfaisant.

C’est alors que j’ai été pénétrée par la bite derrière moi, et j’ai senti sa longueur glisser sur les lèvres de ma chatte et entrer dans mon trou. Je me suis reculée pendant qu’il me pénétrait. La stimulation clitoridienne s’est poursuivie sans relâche et j’ai commencé à y prendre plaisir.

Comme s’il lisait dans mes pensées, l’homme qui m’enculait a commencé à prendre l’initiative, en se retirant un peu, puis en poussant vers l’avant. J’ai sucé plus fort et j’ai ouvert la bouche plus grand pour en accepter de plus en plus. Pendant ce temps, la bite qui m’enculait s’enfonçait de plus en plus profondément et de plus en plus fort dans ma chatte. Elle m’enfonçait à plusieurs reprises, et j’imaginais que je pouvais entendre ses couilles claquer contre son côté du mur de la cabine.

Je respirais fort et haletais, et j’avais du mal à fermer ma bouche autour de la bite qu’elle contenait. Des gémissements et des halètements s’échappaient de la tige, alors que j’approchais de l’orgasme, mais c’est alors que j’ai senti ce que j’ai pris pour un bâton gluant me gifler le cul, à travers un autre trou.

Ce n’était pas une gifle, et j’ai vite compris qu’il s’agissait d’une autre bite, qui essayait de trouver un autre moyen d’entrer dans mon corps. Je l’ai sentie glisser entre mes fesses jusqu’à mon anus. Je n’avais jamais été sodomisée auparavant, mais l’insistance de la bite dans ma bouche et de celle dans ma chatte a chassé de ma tête tout ce qui était autre chose que mon propre plaisir.

La bite qui essayait d’entrer dans mon passage arrière s’est arrêtée momentanément en poussant sur le trou serré et résistant, puis d’une poussée puissante, elle est entrée. Elle était bien vascularisée et grasse, et elle a donc glissé facilement.

Avant même que je m’en rende compte, j’étais baisé, enculé au visage et au cul. Et j’adorais ça. C’était le meilleur sexe que j’avais jamais eu. Les trois bites m’avaient forcée à me déplacer jusqu’à ce que ma bouche soit presque pressée contre une cloison, et que mon arrière-train touche l’autre.

Mon clito était massé vigoureusement et de manière experte, et les deux bites à l’arrière m’enfonçaient avec beaucoup de force et de détermination. De même, la bite dans ma bouche s’y enfonçait avec plus de détermination et de rapidité.

Physiquement, je n’étais pas suspendue aux trois bites, mais c’est ce que je ressentais. Les trois hommes inconnus s’enfonçaient en moi avec abandon, et je sentais mon orgasme monter en moi. Je haletais et gémissais déjà, mais maintenant je commençais à haleter et à soupirer bruyamment. Même mon sexe faisait des bruits à mesure que mes sucs étaient comprimés, et j’étais consciente des bruits de bave qui venaient de là.

Alors que la bite qui se trouvait à l’avant de mon corps était poussée vers l’avant, s’enfonçant dans ma bouche et ma gorge, j’étais forcée de reculer, pour sentir la bite qui se trouvait dans mon cul s’enfoncer plus profondément en moi, puis j’étais projetée vers l’avant lorsque la bite qui me baisait atteignait la fin de sa course vers l’avant.

Je me sentais un peu instable et, pour me calmer, j’ai tendu les mains vers la cloison devant moi. La personne qui avait conçu cette cabine avait bien fait son travail. Il y avait deux poignées métalliques fixées au mur, que j’ai saisies avec empressement.

Je pouvais maintenant utiliser mes bras pour me lancer dans mon travail. J’ai tiré vers l’avant lorsque j’ai senti que mon baiseur de bouche était proche de la fin de sa poussée, j’ai poussé vers l’arrière pour accommoder les deux qui se trouvaient derrière moi. Après quelques coups, nous avions perfectionné la routine et nos mouvements étaient coordonnés. Ma bouche n’avait jamais été pénétrée aussi complètement et aussi profondément. Et ma chatte non plus. Et comme je l’ai dit plus tôt, j’étais vierge du trou du cul.

Cependant, il était impossible de maintenir ce niveau de sensation plus longtemps, et nous avons tous les quatre ressenti la même chose, alors nous avons redoublé d’efforts.

Je criais à travers ma bouche bloquée, mais j’ai senti le moment où la bite noire a explosé. Je me suis suffisamment souvenue de moi pour fermer mes lèvres et commencer à sucer avec force, alors que j’essayais de drainer les dernières gouttes de son sperme. Mais c’est alors que j’ai senti la bite dans mon cul, s’enfoncer plus profondément et plus loin qu’elle ne l’avait fait auparavant. Elle s’est élancée et est restée pendant une seconde, et je jure que je pouvais la sentir pomper son sperme à l’intérieur de moi. Mais à ce moment-là, j’ai perdu la tête.

J’ai perdu le contrôle et je me suis vautrée dans l’orgasme le plus glorieux que j’aie jamais connu. J’ai senti les muscles de mon vagin se contracter et saisir la bite à l’intérieur, tandis que des vagues de plaisir m’envahissaient. J’ai enculé la bite. Je fléchissais et relâchais mes muscles aussi longtemps que duraient les affres de mon orgasme, puis, lorsque je pensais qu’il était passé, la bite dans mon con s’est propulsée en avant, m’empalant encore plus fort. Ma bouche était en fait appuyée contre le mur de bois, alors que je le sentais tirer sa charge en moi.

Puis la réaction s’est installée et mes jambes ont commencé à faiblir. J’avais poussé et tiré avec mes bras, et je les sentais tendus. Mon trou du cul picotait de satisfaction et d’un peu d’inconfort. Ma chatte était mouillée et semblait meurtrie, et le mouvement sur mon clitoris commençait à être un peu inconfortable. Je pouvais goûter du sperme salé dans ma bouche et j’avais envie de me rincer, ou au moins de cracher.

Comme s’ils le sentaient, les trois pénis qui s’affaissaient rapidement se sont retirés par leurs trous, et je suis descendue de mes plates-formes et me suis levée. J’ai voulu regarder par le trou de l’œil, mais la matière m’a de nouveau bloqué la vue.

J’ai baissé les yeux et j’ai vu que ma culotte, qui était restée autour de mes chevilles pendant tout ce temps, avait été déchirée en deux, et je l’ai enlevée d’un coup de pied. Je suis allée ouvrir la porte, mais elle était toujours verrouillée, et quand je l’ai déverrouillée, au lieu qu’elle s’ouvre immédiatement, une fenêtre avec un compteur numérique et des lettres rouges est apparue juste au-dessus de la poignée.

Lorsque le compte à rebours a atteint zéro, à partir de cent, la porte s’est déverrouillée avec un clic audible.

Encore légèrement ébranlée, je me suis appuyée contre l’un des piliers de soutien de la cabine et j’ai regardé dans la plus proche. Elle était vide. Je pouvais voir les rabats en tissu qui recouvraient les trous, mais rien d’autre. Je me suis tourné vers l’autre, et je n’ai encore une fois rien vu d’anormal, mais j’ai vu quelques marques sur le sol, comme si quelque chose y avait été placé.

En y réfléchissant, pour qu’une bite entre dans mon trou de cul par un trou dans le mur, tandis qu’une autre bite pénètre ma chatte, les hommes responsables ont dû s’appuyer ou s’allonger sur quelque chose.

Je me sentais rayonner. Je me suis regardée dans le miroir et j’ai vu que mon visage était rouge et que mon cou avait les reflets brunâtres d’un sexe satisfaisant. Je n’avais pas de sous-vêtements, mais ma jupe couvrait tout ce qui était nécessaire, et après m’être aspergé le visage d’eau, je suis retournée dans la chambre de la galerie.

Lorsque je suis entrée dans la pièce, tous les occupants, et ils devaient être plus de cinquante, ont arrêté ce qu’ils faisaient, se sont tournés vers moi et ont commencé à applaudir.

Du coin de l’œil, je pouvais voir que l’écran plasma était activé et qu’il montrait l’intérieur de la cabine de toilettes que j’avais si récemment fréquentée, et ma culotte déchirée sur le sol.

J’avais eu mon tour dans le tonneau !

Préférence de la coquine : sodomie
Endroit de préférence pour le sexe : secrètement dans un parc
Pour me détendre, j’adore chatter sur le net. Cela fait du bien de discuter avec des personnes que l’on connait pas car on peut dire tout et n’importe quoi.